PROGRAMME POUR LA SECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU BURUNDI (PRO-SANUT)

Le projet PROSANUT a débuté opérationnelle en février 2013 son exécution doit se poursuivre jusqu’en mail 2017.

Le PRO-SA-NUT est organisé en 2 composantes :

- La composante 1 : Appui au MINAGRIE pour la mise en place d’un dispositif d’information sur le secteur agricole ;

- La composante 2 : Promotion de chaînes de valeurs pour une alimentation diversifiée.

L’objectif global du programme proposé est de « Contribuer à la restauration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle durable au Burundi ».

Les objectifs spécifiques sont les suivants :

Composante 1 : Faciliter le processus décisionnel des acteurs de la sécurité alimentaire durable par l’amélioration de la qualité, de la disponibilité et de l’exploitation de l’information de base sur le secteur agricole.

Composante 2 : Améliorer la disponibilité, accessibilité, acceptabilité, utilisation et stabilité d’aliments riches en nutriments et le revenu des agriculteurs, à travers la promotion d’initiatives entrepreneuriales et des Activités Génératrices de Revenus (AGR), dans les provinces de Cankuzo, Ruyigi, Rutana et Makamba.

Résultats attendus en matière de systèmes d’informations (composante 1)

Résultat 1 : Un système d’informations agricoles englobant les aspects suivi de la pluviométrie, suivi permanent du déroulement de la campagne agricole, système de veille agricole est mis en place sur l’ensemble du pays.

Le premier résultat attendu concerne la mise en place d’un système permanent de recueil de données sur l’ensemble du pays, en vue d’assurer une remontée minimale d’information en temps réel sur le déroulement des campagnes agricoles en cours, à l’intention des instances en charge de la prévention et gestion des crises alimentaires. Dans un souci de pérennisation du montage, le dispositif de collecte de données reposera sur les canaux officiels des autorités décentralisées de l’administration, à travers le remplissage de fiches succinctes par les différents responsables à tous les niveaux.

Résultat 2 : Un système d’informations sur les marchés (urbains et ruraux) est mis en place sur l’ensemble du pays

Le résultat 2 vise à l’extension du Système d’Information sur les Prix (SIP initié par le MINAGRIE avec l'appui du Projet d’Appui à la Restauration de la Sécurité Alimentaire Durable "PARSAD") à l’ensemble du pays, et son élargissement en un véritable Système d’Information sur les Marchés (SIM). Dans la mesure du possible, la mise à profit des nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans le SIM sera privilégiée. Le modèle technologique proposé devrait se baser sur une plateforme centrale, multi-canal, capable d’être accessible par différentes modalités : internet, SMS, messagerie vocale, aussi bien pour l’envoi d’informations que pour y accéder.

Résultat 3 : Une centrale de gestion de l’information est développée au niveau du MINAGRIE pour intégrer l’ensemble des données liées au secteur agricole.

Ce résultat concerne spécifiquement la conception et le développement au sein du Département des Statistiques et Informations Agricoles (DSIA) du MINAGRIE d’un ensemble de bases de données ou d’un entrepôt de données (ED) destiné à recevoir le plus grand volume possible d’informations produites sur le secteur agricole, et sur la sécurité alimentaire en général. Cet entrepôt devra pouvoir intégrer non seulement les données générées directement par les systèmes d’information visés aux Résultats attendus 1 et 2, mais également une grande partie de celles produites par l’ensemble des dispositifs d’enquêtes, ponctuels ou permanents, existant par ailleurs au Burundi (enquête agricole, suivi des consommations alimentaires…).

Résultat 4 : La valorisation et la communication des informations sont assurées et bénéficient aux acteurs de la sécurité alimentaire durable (y compris aux producteurs, et en particulier aux ménages vulnérables), ainsi qu’au dispositif de suivi-évaluation du PNIA.

Le résultat 4 considère de façon spécifique la valorisation et l’exploitation de l’information. En effet, la simple mise à disposition d’une batterie d’indicateurs, même si elle est soutenue par des outils informatiques performants, ne suffit pas à garantir leur utilité dans un but de planification, coordination et suivi-contrôle des interventions d’appui à la sécurité alimentaire.

Ce résultat pourra être atteint au moyen de formations en analyse décisionnelle à destination des cadres du MINAGRIE, des moniteurs agricoles et associations de producteurs. L’exploitation approfondie de l’information débouchera pour ailleurs sur la production de nombreux documents et supports de communication à l’intention des parties prenantes.

Résultat 5 : Les outils de gestion (technique, administrative et financière), suivi-évaluation et capitalisation du programme sont mis en place et exploités

Le résultat 5 concerne la gestion technique, financière et administrative du contrat, indispensable à l’atteinte des autres résultats. Elle mettra en place les moyens matériels et humains pour y parvenir.

 

Nos partenaires

  • 1
  • 2

 

La DSIA fournit des informations sur : l'évolution des prix des différents produits agricoles sur les marchés, les productions agricole à travers l'Enquête Nationale Agricole du Burundi (ENAB),le suivi des campagnes agricoles à travers le réseau IMVURA (Pluviométrie),et le réseau de suivi des cultures (SISCA).

Contacts

 dsia(@)minagrie.gov.bi
  +257 .22 27 83 55
  +257.22 27 83 55
 Ntahangwa,Ngagara,Avenue Mwambutsa,Immeuble Minagrie,

Reste en contact